Nos types de projets

boule


Créer mon entreprise :

FotoliaComp_59899417_kWlyw2PHDx1VIoQHZol0YVeox7oSos6O_W95 copie

Quel statut ? En devenant entrepreneur, vous perdez votre statut de salarié et toutes les couvertures sociales qui y sont liées.
Le choix du statut juridique pour exploiter votre entreprise va être déterminant à plus d’un titre. Il n’existe pas de mauvais statut mais il faut choisir celui qui correspond à vos attentes, en terme de responsabilité vis à vis des tiers, de couverture sociale et de fiscalité.

Les aides à la création ? Lorsqu’on parle de création d’entreprise on évoque souvent un « parcours du combattant », pour autant il faut savoir que de nombreuses aides existent sous forme d’accompagnement administratif, juridique et financier. Des structures associatives sous tutelle de l’état peuvent apporter des fonds à votre projet, et/ou garantir le prêt bancaire. N’hésitez pas à consulter la Chambre de Commerce de votre région, qui vous fournira les contacts des différentes structures accompagnant les créateurs d’entreprise. Cette démarche personnelle réalisée, vous pourrez alors consulter le courtier en crédits professionnels CREDIPRO, qui soumettra pour votre compte la demande de financements à ses partenaires bancaires.

 

Reprendre un fonds de commerce :

Acheter un fonds de commerce ou une société existante permet de reprendre des clients et donc un chiffre d’affaires existant.

Les banques veilleront au prix de cession du fonds de commerce qui selon les activités doit correspondre à des normes de valorisation de fonds de commerce, ou dans le cas d’achat de parts sociales, être justifié par une détermination de la valeur de l’entreprise fournie par un expert-comptable.

Une étude bancaire n’est envisageable qu’à partir du moment où un compromis de vente, ou offre d’achat, est signé. Cette promesse devra comporter une clause suspensive d’obtention de crédit qui protège les 2 parties. Traditionnellement l’échéance de cette clause est d’au moins 45 jours après la signature du compromis, afin d’avoir le délai nécessaire pour constituer le dossier de financement, le dépôt en banques et en obtenir les retours.

 


Développer mon activité :

Pour une entreprise existante, afin d’assurer sa croissance et son développement des investissements sont nécessaires: un nouveau matériel, une extension des locaux, du personnel supplémentaire, une augmentation de stock pour répondre à des commandes de nouveaux clients…

Pour tous ces motifs des solutions de financement existent, et pas uniquement sous la forme d’un prêt bancaire classique. Nos spécialistes CREDIPRO trouveront la forme de financement la plus adaptée à votre besoin.

Achat des locaux commerciaux et professionnels :

Etre propriétaire des locaux qui abritent sa propre activité est bien sûr la configuration idéale, et le rêve de chaque chef d’entreprise.

En premier lieu, il est préférable de séparer l’outil de production du foncier, ainsi en cas de revente les 2 actifs sont dissociables.

Pour cela, l’investissement sur les murs sera principalement porté par une SCI, représentant un patrimoine personnel, et pourquoi pas à terme une source de revenus.
Un projet de bail permettra de vérifier la couverture des charges de prêts par les loyers payés par l’activité. Les banquiers analyseront la capacité du locataire à assurer ses loyers de façon pérenne en préservant sa rentabilité.

Rachat de parts sociales :

Achat de société, transmission d’entreprise, développement par LBO, depuis quelques années, la transmission ou le développement d’une activité professionnelle se réalise de plus en plus par la vente des parts sociales (SARL) ou actions (SA) de la « cible », l’entreprise cédée.

Souvent attrayantes fiscalement, et peu taxées, ces opérations restent complexes et longues et doivent s’appuyer sur des experts pour être réalisées dans de bonnes conditions.

achatDans un premier temps, il faut valoriser l’entreprise, ses actifs (immobiliers, agencements, matériels, fonds de commerce) et son passif (dettes, comptes courant d’associés, trésorerie).

Un protocole de cession (même sous forme de projet) est alors nécessaire pour la recherche de financement : il définit les conditions de la vente, cessionnaire, acquéreur, prix des parts, et garantie de passif.

Cette dernière permet de sécuriser l’acheteur : La terminologie « garantie de passif » est celle que l’on emploie dans le langage courant. En fait, on distingue trois types de garantie : la « garantie d’actif et de passif », la « garantie de passif » et la « garantie d’actif et de passif avec révision de prix ».

Elles protègent l’acheteur de dettes non annoncées au moment de la vente et qu’il devrait payer en tant que nouveau propriétaire et autant l’acheteur que le vendeur dans les cas de variations à la hausse ou la baisse de l’actif ou du passif.
Le plus souvent ces garanties représentent 10 à 30% du prix de cession, elles sont contractées pour 3 ans, avec une baisse annuelle par tiers.

Au-delà de la complexité de ce type d’opération, les obstacles à la recherche de financement de parts sociales ou actions sont dans l’absence de garanties réelles pour les banques. Le recours à un organisme de caution mutuelle est quasi systématique et s’accompagne de la caution personnelle du ou des dirigeants.

VOUS RECHERCHEZ
UN CREDIT PROFESSIONNEL?


Inscription newsletter

Vous souhaitez nous suivre : Inscrivez-vous à notre newsletter.