Sélectionner une page

Découverte du champ lexical de la finance avec ACCESS CREDITS PRO PARIS RIVE GAUCHE

En cette période un peu spéciale, de nouveaux produits sont utilisés par les banques pour aider les entreprises en matière de trésorerie. Les entreprises ayant l’habitude de solliciter les banques plutôt pour des projets d’investissement, ont parfois du mal à comprendre les termes techniques employés par celles-ci. Nous vous proposons un parcours complet sur les mots techniques du financement sous forme de lexique. Cela vous permettra de mieux vous préparer pour vos rencontres avec les banquiers dans les prochains mois. Mon agence ACCESS CREDITS PRO PARIS RIVE GAUCHE est là à vos côtés.

L’analyse financière : Élément clé pour comprendre les bilans comptables et l’évolution de votre société

  • Compte de résultat : détermine l’ensemble des flux qui impact de façon positif ou négatif sur le patrimoine de l’entreprise au cours d’une période donnée : les produits qui génèrent de la richesse et les dépenses la détruisent. Le résultat est le solde du compte.
  • Chiffre d’affaires : comprend tous les produits vendus (pour les industriels et les prestataires de services) et les ventes de marchandises (pour les activités commerciales).
  • Résultat d’exploitation : aussi appelé résultat opérationnel, est le résultat de l’investissement de l’exercice ainsi que du processus d’exploitation. Il reflète la richesse générée par l’activité industrielle et commerciale de l’entreprise.
  • Résultat net : reflète la richesse ou la pauvreté de l’entreprise au cours de l’exercice considéré, il relève donc des concepts patrimoniaux et non de trésorerie.
  • CAF (Capacité d’Auto-Financement) : mesure toutes les ressources internes générées par l’entreprise. Elle est calculée en additionnant toutes les charges calculées (dotations aux amortissements et variations ou risques et charges des provisions pour amortissements) au résultat net sans affecter la trésorerie.
  • Charges du personnel : comprennent les salaires et les charges sociales des employés et des dirigeants. L’analyse du poste est très importante en raison de son montant et d’une certaine inertie dans le processus d’évolution. Les dépenses théoriquement variables sont considérées comme des coûts fixes dans l’analyse.
  • Charges financières : correspondent à la rémunération des ressources empruntées. Elles dépendent donc de l’endettement et des taux d’intérêt. Selon les normes financières, elles incluent également la dépréciation des actifs financiers et les pertes de change.
  • Dotation aux amortissements : Les dépenses prévisibles et irréversibles encourues par la consommation d’actifs en tant qu’investissement au cours de l’exercice ; les charges sont égales à la dépréciation économique des immobilisations calculées selon la méthode linéaire ou dégressive.
  • Immobilisations : Éléments de l’actif de l’entreprise (bâtiments, terrains, équipements, fonds de commerce
  • Bilan : Liste annuelle obligatoire des biens (actifs) et des ressources ou dettes (passifs) de l’entreprise.
  • Capital : Dans une entreprise, c’est le montant investi par l’entrepreneur ou par ses associés. Si l’entreprise est une société, le capital est divisé en parts ou en actions réparties entre les associés.
  • Capitaux propres : correspond à l’ensemble des capitaux définitifs mis à la disposition de l’entreprise et financé par les actionnaires à la création de la société ou ultérieurement, ou même rester dans la société sous forme de bénéfices non distribués en dividendes. Il regroupe le capital social, les subventions, le résultat, les réserves, le report à nouveau et les provisions réglementées.
  • BFR (Besoin de Fond de Roulement) : est la somme de son BFR d’exploitation et, de son BFR hors exploitation.

Règlementations bancaires : L’environnement est très cadré, il faut savoir vers quels organismes se tourner

  • Bale : Créé par le G10 en 1974, le Comité de Bâle supervise le secteur financier de la Banque des règlements internationaux (BRI). Les trois principaux accords imposent des règles contraignantes aux banques, notamment en matière de solvabilité et de liquidité. Le dernier accord, Bâle III, vise à adapter la réglementation du système bancaire après la crise de 2008.
  • Note banque de France : La notation de la Banque de France est une évaluation de la capacité de l’entreprise à honorer ses engagements financiers dans un délai de 1 à 3 ans. (Exemple de note : 3++ à 9 en fonction de la capacité à assumer des dettes)
  • ACPR (Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution) : est une institution intégrée à la Banque de France, chargée du suivi des activités bancaires et des assurances en France. AMF : (Autorité des Marchés Financiers) est une institution financière et un organisme administratif indépendant français créé le 1er août 2003 en vertu de la loi sur la sécurité financière, dotée de la personnalité morale et de l’autonomie financière. Sa mission est d’assurer la protection de l’épargne investie en instruments financiers, d’informer les investisseurs et d’assurer le fonctionnement normal du marché des instruments financiers.
  • AMF (Autorité des Marchés Financiers) : est une institution financière et un organisme administratif indépendant français créé le 1er août 2003 en vertu de la loi sur la sécurité financière, dotée de la personnalité morale et de l’autonomie financière. Sa mission est d’assurer la protection de l’épargne investie en instruments financiers, d’informer les investisseurs et d’assurer le fonctionnement normal du marché des instruments financiers.
  • Code monétaire et financier : globalise les dispositions législatives et réglementaires relatives à la monnaie et au système monétaire français, aux produits financiers et d’épargne, aux services bancaires et financiers, aux marchés, aux prestataires de services bancaires et d’investissement, aux institutions bancaires et financières et enfin aux dispositions spécifiques à l’outre-mer.
  • Haut Conseil de stabilité financière (HCSF) : Créée par la loi de séparation et de régulation des activités bancaires du 26 juillet 2013, est une organisation française chargée d’assurer la stabilité financière en France et de définir la politique macroprudentielle à suivre pour réduire les risques.
  • Conseil européen du risque systémique (CERS) : est responsable de la surveillance macroprudentielle du système financier dans l’UE. Il ne fait pas partie de la BCE, mais est basé à Francfort-sur-le-Main, en Allemagne. La BCE assure son secrétariat.
  • BCE : est la banque centrale des dix-neuf pays de l’Union européenne qui ont adopté l’euro. Sa mission principale est de maintenir la stabilité des prix dans la zone euro, et donc de préserver le pouvoir d’achat de la monnaie unique.
  • MIF : La directive MIF adoptée en avril 2004 définit les grandes lignes du nouveau cadre d’exercice des activités de marché en Europe. La directive et le règlement d’application adoptés en août 2006 fixent les conditions de mise en œuvre des grands principes de la directive-cadre MIF conformément à la procédure.

Les types d’entreprises : Il est important de faire le choix de la bonne structure afin que les banques comprennent votre projet dans sa globalité ainsi que ses impacts juridiques

Les différents statuts:

  • SAS (Sociétés par Actions Simplifiées) : est une entreprise commerciale qui ne peut pas recourir à l’épargne publique
  • SARL (Société À Responsabilité Limité) : société commerciale où la responsabilité des partenaires est limitée au montant de leurs contributions.
  • SCI (Société Civile Immobilière) : est une personne morale ayant sa propre existence juridique. Cette structure permet à plusieurs personnes de posséder un bien immobilier et d’en assurer ensemble la gestion.
  • Associés : les membres sociaux qui contribuent et participent aux opérations du groupe pour partager les avantages et les pertes. Au sens étroit, il fait référence aux membres de la société de personnes et non aux actionnaires.
  • Holding : gère les droits et intérêts détenus dans d’autres sociétés pour exercer un contrôle prépondérant. Il s’agit instrument de concentration des entreprises.
  • Pactes d’associés : est un acte juridique extra-statutaire visant principalement à organiser le flux de titres et les activités de la société. Il peut être signé pour tous les partenaires d’une même entreprise ou uniquement par certains partenaires.
  • Compte courant d’associés : est le montant payé par l’associé dans le cadre de ses flux de trésoreries d’entreprise. Ce montant peut être directement remboursé par le partenaire ou constituer une dette envers le partenaire et laisser à la disposition de l’entreprise.

Banque et solutions :  La banque utilise des termes techniques dans les accords de financement et contrats. Aussi pour mieux négocier et appréhender vos engagements, il est utile d’avoir le bon langage.

  • Caution personnelle : est une garantie de paiement que le créancier accepte de l’entrepreneur
  • Caution solidaire : L’établissement de crédit peut demander directement au débiteur le remboursement de son prêt sans attendre que tous les recours contre le débiteur soient épuisés. La caution, si elle le souhaite, de se retourner ensuite vers le débiteur pour se faire rembourser.
  • Apport : Contribution à la création d’une personne morale, en argent (numéraire), en nature ou en industrie
  • Autofinancement : une entreprise qui assure son développement sans recourir à des financements extérieurs.

Banque :

  • Taux d’intérêt : Pourcentage utilisé pour calculer la rémunération d’une somme d’argent pour une période donnée. Pour les produits d’épargne et d’investissement financier, le taux d’intérêt est généralement exprimé par an; il peut être variable ou fixe. Il peut être brut, ou net, c’est-à-dire tenir compte ou non des coûts et de la fiscalité.
  • Amortissement : observation comptable de l’amortissement irréversible et inévitable des immobilisations. Par conséquent, l’amortissement enregistre le vieillissement, l’usure et l’obsolescence. L’amortissement des immobilisations est obligatoire même en l’absence de bénéfices.
  • Annuité : Correspond à la trésorerie versée annuellement pour le recouvrement de la dette part en capital et la charge financière que représente les intérêts.
  • Différé : La période pendant laquelle l’emprunteur ne rembourse pas le capital. Il ne paie que des intérêts sur le prêt. Les cotisations d’assurance sont généralement perçues pendant la période d’amortissement différé.
  • In fine : correspond au remboursement de la totalité du capital d’un prêt en fin de vie. Dans le cadre d’un remboursement In Fine, l’emprunteur ne paie les intérêts de son prêt que pendant sa durée de vie.
  • Dette exploitation : Dette provenant uniquement du cycle d’exploitation. Ils réduisent principalement le BFR. On y retrouvera : les dettes fournisseurs pour l’essentiel, les dettes fiscales et sociales, éventuellement les avances reçues des clients et les produits enregistrés d’avance.
  • Dette financière : les dettes d’exploitation sont des dettes liées au cycle d’exploitation. La dette d’exploitation est incluse dans le calcul des besoins en fonds de roulement.
  • Dette fournisseur : Comme les créances clients, les dettes fournisseurs correspondent à des factures reçues par l’entreprise de fournisseurs qui n’ont pas encore été remboursés
  • Concours bancaires courants : Dette à court terme envers les banques contractée dans le cadre des besoins de trésorerie résultant des activités quotidiennes de l’entreprise.
  • Contrat Location financement : Un contrat de location est un contrat par lequel le bailleur donne au preneur le droit d’utiliser l’actif en échange d’un ou plusieurs paiements pour une période spécifiée.
  • Coût de la dette : Il correspond au ratio de la charge financière nette des produits sur l’endettement net. En finance, le coût de la dette reflète le taux de rendement requis par les banquiers pour financer ses actifs économiques.
  • Emprunt : Les prêts sont des ressources apportées à l’entreprise par des prêteurs (également appelés créanciers) et non par des actionnaires. En contrepartie de cette contribution, la société s’engage à rembourser le capital emprunté et à payer des intérêts conformément au calendrier préalablement convenu.
  • Décaissement : sortie de liquidité en contrepartie de l’acquisition d’un bien ou de la prestation d’un service.
  • Trésorerie : toutes les disponibilités dont dispose l’entreprise pour couvrir ses dépenses directes. Il représente également une partie des ressources de l’entreprise qui n’a pas été utilisée pour financer une immobilisation ou pour financer un besoin d’exploitation.
  • Assurance emprunteur : est une assurance qui garantit la prise en charge de tout ou une partie des conditions de remboursement ou du capital restant dû au crédit en cas de certains événements, le plus souvent le décès, la perte totale et irréversible d’autonomie, l’invalidité permanente, l’incapacité temporaire de travail et la perte d’emploi.

Pour plus de précisions vous pouvez consulter Actiononline, la Fédération Bancaire Française ou encore Les Clés de la Banque.

Notre agence ACCESS CREDITS PRO PARIS RIVE GAUCHE est à vos côtés pour vos besoins de financement dans le cadre de vos créations, reprises ou développement d’activités. Nous recherchons pour vous le meilleur financement pour vous accompagner pendant tout le long de votre projet de financement.

Accueil Lexique des mots techniques du financement