Au mois de novembre 2019, CrediPro annonçait la signature d’une convention nationale avec la Société Générale pour accélérer les délais de traitement et fluidifier les échanges entre ses courtiers et la banque. Nous avons rencontré l’instigateur de ce projet, Laurent Thevenoux. Il est le Responsable Prescription et Franchise au sein de la Société Générale.

CrediPro – La Société Générale semble avoir pris un virage en se tournant de plus en plus vers le marché des professionnels, comment l’expliquez-vous ?

Laurent Thevenoux – Le marché des professionnels est un marché très dynamique en France que nous avons à cœur de l’accompagner. A ce titre, nous ouvrons des Espaces pros dédiés à des conseillers pros avec une clientèle professionnelle. Nous avons développé un nouveau modèle relationnel avec les chefs d’entreprises en intervenant à la fois au niveau de la vie domestique et de leur activité professionnelle. Aujourd’hui, notre volonté est de poursuivre notre montée en compétences afin de mettre à leur disposition des interlocuteurs toujours plus experts. Nous avons d’ailleurs créé une nouvelle ligne de management avec des responsables pros et des équipes dédiées.

Vous êtes « Responsable de la Prescription et Franchise », est-ce le fruit de cette réflexion ?

Oui, mon périmètre d’action est résolument tourné vers le marché des professionnels. Je suis l’interlocuteur principal des prescripteurs sur l’ensemble du territoire : en charge de la mise en route effective de nos partenariats et de l’animation au quotidien de notre relation. J’ai aussi pour mission de coordonner nos actions afin de m’assurer que nos équipes prennent au mieux en charge les dossiers pros qu’ils nous apportent. Parmi nos prescripteurs, nous comptons essentiellement des courtiers, mais également des spécialistes de la transaction et beaucoup de franchises qui cherchent à disposer d’un partenaire bancaire à recommander à leurs franchisés. Nous cherchons d’ailleurs à nous imposer auprès de ce marché en 2020. Ce sont au total plus d’ une centaine de prescripteurs qui composent aujourd’hui notre réseau.

Comment fonctionne le département « prescription » au sein de la Société Générale ?

La Société Générale a fait le choix de mutualiser l’aspect risque : tous les dossiers produits par notre réseau sont validés par une plateforme basée à Nanterre qui étudie l’ensemble des dossiers. Elle est décomposée en unités spécialisées.

Comment expliquez-vous cette centralisation de la prise de décision et la création d’unités spécialisées ?

Sur le marché professionnel, nous constatons que les dossiers sont de plus en plus complexes. Il nous arrive fréquemment de voir l’existence de holdings pour le simple rachat d’une crêperie. Et ce n’est qu’un exemple parmi beaucoup d’autres. Nous constatons également la multiplicité des intervenants sur un même dossier : l’expert-comptable, l’avocat, parfois le franchiseur. Pour faire face à cette complexité, il faut des gens de plus en plus pointus en termes d’analyse. Nous avons besoin d’experts sur chacun des domaines. C’est aussi pour cela que le réseau CrediPro a tout son intérêt car il permet de constituer un dossier compréhensible pour les banques.

Est-ce la raison pour laquelle vous avez décidé de signer une convention nationale avec CrediPro ?

Oui, et car CrediPro dispose d’une notoriété incontestable et reconnue. Dans les chiffres qui ont récemment été communiqué par l’entreprise, le volume de financement est important. Pour une banque comme la Société Générale, il nous paraissait nécessaire de s’associer à ce réseau.

Que pouvez-vous dire des premières semaines de collaboration avec CrediPro et ses courtiers ?

J’ai le sentiment d’avoir une équipe qui travaille dans le même sens, il y a un esprit collectif qui est assez surprenant. C’est tout le réseau qui adhère et qui avance dans le même sens. Dans les dernières semaines, nous avons reçu beaucoup de demandes de financement de la part des courtiers CrediPro, preuve de la forte activité. Il y a un dynamisme et un sens du collectif. Il y a une réelle qualification des dossiers de la part des courtiers. On sent une réelle expérience et une réelle expertise.

Devenir franchisé

h

Presse