Les projets financés

Reprendre une entreprise

Racheter une entreprise permet de disposer d’une structure existante avec une activité commerciale, artisanale ou industrielle qui fonctionne déjà

Valoriser l’entreprise à reprendre

Les intérêts sont multiples pour vous : la reprise paraît moins risquée qu’une création de société, car l’historique, le chiffres d’affaires et la clientèle de la société sont déjà créés. Souvent attrayantes fiscalement, et peu taxées, ces opérations restent complexes et longues et doivent s’appuyer sur des experts pour être réalisées dans de bonnes conditions. 

La reprise d’une entreprise peut se caractérisé par l’achat des parts sociales (SARL) ou actions (SA), cette solution consiste à devenir propriétaire d’une société avec l’intégralité des éléments figurant au bilan. Dans un premier temps, il faut valoriser l’entreprise, ses actifs (immobiliers, agencements, matériels, fonds de commerce) et son passif (dettes, comptes courant d’associés, trésorerie).

 

Un protocole de cession (même sous forme de projet) est alors nécessaire pour la recherche de financement : il définit les conditions de la vente, cessionnaire, acquéreur, prix des parts, et garantie de passif. Cette dernière permet de sécuriser l’acheteur : La terminologie « garantie de passif » est celle que l’on emploie dans le langage courant. En fait, on distingue trois types de garantie : la « garantie d’actif et de passif », la « garantie de passif » et la « garantie d’actif et de passif avec révision de prix ».

Elles protègent l’acheteur de dettes non annoncées au moment de la vente et qu’il devrait payer en tant que nouveau propriétaire et autant l’acheteur que le vendeur dans les cas de variations à la hausse ou la baisse de l’actif ou du passif. Le plus souvent ces garanties représentent 10 à 30% du prix de cession, elles sont contractées pour 3 ans, avec une baisse annuelle par tiers.

Un protocole de cession: une étape déterminante

Un montage financier complexe

Ce protocole de cession devra comporter une clause suspensive d’obtention de crédit qui protège les 2 parties. Traditionnellement l’échéance de cette clause est d’au moins 45 jours après la signature du compromis, afin d’avoir le délai nécessaire pour constituer le dossier de financement, le dépôt en banques et en obtenir les retours.

Au-delà de la complexité de ce type d’opération, le montage financier de reprise et d’un éventuel plan de développement doit couvrir le coût total de l’acquisition et des besoins nécessaires au fonctionnement de l’entreprise. L’absence de garanties réelles pour les banques constituent un obstacle à la recherche de financement de parts sociales ou d’actions. Le recours à un organisme de caution mutuelle est quasi systématique et s’accompagne souvent de la caution personnelle du ou des dirigeants. Il peut être intéressant dans cette étape de se faire accompagner par des experts du financement professionnel.

Vous disposez d'un projet d'investissement ?

Prenez quelques minutes pour répondre à notre formulaire, nos courtiers réaliseront une étude gratuite de votre dossier.

Devenir franchisé

h

Presse